• Lors court la mélodie...

     

    De suaves émotions

    Se tortillent câlines

    À l’ombre des passions

    Exultant opalines

     

    L’impatience des souffles

    Enchaînés au désir

    L’orgasme qui s’essouffle

    Aux confins du plaisir

     

    Là,  plus de forteresses

    Ne s’y livre qu’émoi

    Océan de caresses

    Dans des vallées de soie

     

    Les soupirs sont discrets

    Se voudraient immortels

    Les fantasmes secrets

    Sur les bas se dentellent

     

    Lors court la mélodie

    Envoûtante, enflammée

    Le voile d’organdi

    Des amours sublimées…

     

    ©


    1 commentaire
  • Suspendue comme feuille...

     

    Toute dernière attache

    C’est ma vie, son automne,

    Son ultime panache,

    Sur une branche atone

     

    Suspendue comme feuille

    Frémissante à la brise

    Qui délaisse le seuil

    De journées déjà grises

     

    Leurs heures, là, s’ennuient

    L’hiver est en chemin

    Traînant ses longues nuits

    Ses ternes lendemains

     

    Il progresse sans bruit

    De brumes en frimas

    Orphelin de ces fruits

    Qui marquent le climat

     

    Lors, que deviendras-tu

    Toi, la fragile feuille ?

    La fragrance têtue

    Qu’un noir terreau accueille…

     

    ©


    1 commentaire
  • J'ai offert à la lune...

     

    J’ai offert à la lune

    Une écharpe de brume

    Le ciel était si noir

    Il y faisait si froid

     

    Son long chemin de nuit

    Disparut englouti

    Dans le sombre velours

    Qui rangeait ses étoiles

     

    Soufflée par un noroît

    Juste sorti du lit

    La pluie s’est annoncée

    Dans ses brusques chagrins

     

    Quelques hiboux placides

    Lui firent un peu la cour

    Sérénades en échos

    Sur la terre indolente

     

    Puis le jour arriva

    De lune plus de trace

    J’entendis des sanglots

    L’océan la pleurait…

     

    ©

     

     

     

    ©


    votre commentaire
  • Et puis me voilà nu...

     

    Délires et frayeurs,

    Ô chagrins réveillés

    Débarqués d’un ailleurs

    Aux remords dévoyés

     

    Fâcheuse renaissance,

    Au crépuscule honni,

    Quand un à un mes sens

    Se piquent d’atonie

     

    Les tempêtes perdues

    S’échouent là, sur mon âme,

    Se goinfrant éperdues

    De trop funestes drames

     

    Sur le sable abreuvé

    Quelques épaves expirent

    Par mes larmes gavées

    Se laissent là croupir

     

    Et puis, me voilà nu

    Peut-être sans mémoire

    Devant cette Inconnue

    Que j’ai peur, il fait noir…

     

    ©


    1 commentaire
  • La dame et le monsieur...

     

    Où est la dame en bleu ?

    Était-ce une bergère ?

    J’ai compté ses moutons

    Puis me suis endormi

     

    Et ce monsieur en noir

    Était-ce un magicien ?

    J’ai aimé ses étoiles

    J’ai même fait un vœu

     

    C’est le jour et la nuit

    Qui toujours m’accompagnent

    Et la terre et la mer

    Me content leurs légendes

     

    Mais aujourd’hui par contre

    La dame et le monsieur

    Ne sont pas revenus

    Je n’ai vu qu’un chat gris

     

    J’ai contemplé le ciel

    Il m’a semblé chagrin

    A caressé les arbres

    Puis s’est mis à pleurer…

     

    ©


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique