• Ce chemin-là...

    Ce chemin-là...

     

    Ce chemin-là, hérissé de tessons de bouteilles…

    Et pourtant !

    Il me faudra le prendre.

    Sous le soleil, sous les frimas, avec un ciel toujours têtu, paré d’automne, griffé de branches mortes.

    L’haleine de ses vents se chargera des fragrances de l’humus.

    Les torrents, les ruisseaux, les rivières et les fleuves prétentieux auront déjà fui leurs lits béants.

    Il fera brume, peut-être pire…

    Il fera mort…

    Point de voiles sur la mer.

    De fines pochettes de dentelle, barrées d’un crêpe d’algues, ourleront cette houle qui m’était si précieuse.

    De ces vagues fainéantes mais bouffies de violence qui rouleront encore, sans couleurs, nauséeuses.

    Elles me feront cortège pour un port impossible, pour un cap chimérique.

    Point de vigie au grand mât pour deviner ce trait d’ombre lointain que les croyants espèrent.

    Un semblant d’horizon, puis les nues, l’océan, dans ce même couchant, m’ouvriront le néant.

    Je n’aurai plus de larmes car je ne serai plus…

    Ce chemin-là, pavé de bris de verre et jointoyé d’orties, ce chemin-là, c’est déjà mon enfer…

     

    ©  


  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Juin à 18:39

    Ce chemin là seuls ceux partis en pleine vie en pleine jeunesse en plein espoir en plein avenir en tout devenir ne l'emprunteront.

    Les chemins hérissées de tesson de bouteille ou de cailloux pointus seront parsemés aussi de fleurs en sourire d'amitié en pensées apaisantes, j'espère que tu les verras les  regarderas.

    Au milieu des nuages et des ciels sombres des petits coins de bleu et d'arc-en-ciel

    Amitié Philippe

      • Dimanche 11 Juin à 04:42

        Merci pour ce commentaire que tu voudrais encourageant... Cette approche de la mort est certes désespérée mais c'est la mienne...

    2
    Claire
    Samedi 10 Juin à 21:36
    Merci Philippe de nous revenir ici. Ce poème, teinté de désespoir, est vraiment très beau. Oui, ce chemin-là, nous le prendrons tous... Tes mots sont si bien choisis et agencés qu'en les lisant, je ressens des émotions très fortes et tristes. Je nous souhaite à tous encore quelques bons instants avant que de monter dans notre dernière barque.
      • Dimanche 11 Juin à 04:44

        Merci Claire, qui sait si nous ne sommes pas déjà, à notre insu, monter dans cette barque? 

    3
    Dimanche 11 Juin à 09:24

    bonjour Philippe ,

    un poème qui a beaucoup de force. tellement de force que mes yeux s'embuent de larmes oui ce texte est beau mais si difficile à maitriser  Philippe pourquoi ???le temps arrange les choses  dit-on"... cela est vrai bien que dans certains moments le doute s'installe en nous te lire et te relire m'a été difficile cette  image est dure et fait violemment ressortir ta tristesse... reviens nous vite Philippe et fait nous encore rêver avec tes jolies promenade sur ton île si belle avec toute mon amitié la plus fidèle et sincère ,et sans ta pemrission je t'embrasse monette

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :