• Groix... L'île toute blottie...

     

    Fagoté dans ses pluies,

    Le vent, ce rancunier,

    Sur la côte s’essuie,

    Et s’acharne à grogner.

     

    Violentant les roseaux,

    Jamais il ne s’essouffle,

    Rares sont les oiseaux

    Venus braver son souffle.

     

    Dans son dévergondage

    Je l’entends là, qui meugle

    Et fouette les nuages

    D’un ciel aux yeux d’aveugles.

     

    La mer, pauvre cagote,

    Lui déploie ses dentelles,

    Mantilles de bigote,

    Cruelles cascatelles.

     

    Pourtant fort aguerrie,

    L’île toute blottie,

    Sous l’extrême furie

    Paraît comme abrutie…

    ©                         

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Janvier à 14:48

    "Miaule le vent sous la porte

    Souffle le chat désemparé

    La tempête sème le désordre

    Au loin s’annonce le printemps"

     

    Merci Philippe de nous conter ton île en toute saison

    J'aime tes mots qui engendrent des images et ta photo qui illustre les maux à la nature infligés et peut-être plus

    Belle journée Poète

     

      • Dimanche 28 Janvier à 02:17

        Tu sais toutes les saisons sont porteuses de tempête, même si l'hiver est plus généreux. Paradoxe de leurs spectacles, c'est qu'à la fois elles nous ravissent par leurs beautés sauvages mais aussi nous prennent chaque fois trop de vies sur mer mais aussi semant la destruction sur terre. Que sommes-nous alors face aux éléments? La cupidité, la prétention des Hommes sont alors balayées. L'Homme alors revêt l'insignifiance de la fourmi. 

        Merci de ton commentaire.

    2
    Lundi 29 Janvier à 09:47

     bonjour Philippe

     merci pour ce poême , la mer pour moi est une vraie fascination tes mots remuent en moi une grande blessure une plaie qui jamais ne se refermera   dans cet océan c'est ici qu'il  repose a tout jamais pour lui la mer c'était  sa complice son amie avec ses matins calmes et ses colères  toute une vie toute sa vie !! je te lis et mes yeux s'embuent de larmes salées excuse moi  mon ami poete je t'embrasse  et te remercie pour la beauté de tes poèmes écrit encore et toujours monette
     

      • Lundi 29 Janvier à 14:08

        Bonjour Monette,

        Suis heureux que tu puisses goûter mes mots mais aussi un peu chagriné qu'ils te renvoient à de tragiques souvenirs.

        Merci de ta lecture.

        Bien amicalement

         

        Philippe

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :