• Groix... Les tresses du matin...

    Groix... Les tresses du matin...

     

    Les tresses du matin
    Exhalent des parfums
    Aux douceurs du satin
    D'ailes de séraphin.

    S'y amuse la mer,
    Sertie de vives braises,
    Mille éclats éphémères
    Qu'un fin brouillard apaise.

    Discrète joaillière
    Aux jupons apprêtés
    Si l'aube est printanière
    Nous sommes en été.

    Offert aux doux câlins
    D'un zéphyr tempéré
    Le ciel est opalin
    Un peu comme éthéré.

    Lors, telle une évidence,
    Sans la moindre censure,
    De tendres confidences,
    Mon île me susurre...

    ©                         

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Août à 12:43

    Bonjour Philippe

    L'océan s'ourle en rouleau comme tresse en cheveux

    Le poète, comme femme chante son île 

    Les mots sont ciselés immergent les images

    Cadeau à notre immaginaire

    Merci

    2
    Vendredi 18 Août à 13:30

    Tu parles de ton île comme d'une femme ton amoureuse avec souvent les attributs féminins

    3
    Vendredi 18 Août à 16:08

     bonjour philippe ,

    un titre qui révèle un superbe texte... une fois de plus, je m'incline devant la beauté et la simplicité de tes mots. bravo poète tes mots sont fluides,  et les images qui naissent  devant  mes yeux sont  .. merci pour ce tableau a demi silencieux et encore merci  pour ce généreux partage et permet moi de te susurré que j'ai bien été heureuse de le lire petit poete!!!!  bien amicalement monette


      • Vendredi 18 Août à 20:03

        Merci Monette! Un petit texte juste en passant...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :