•  

    L’horizon n’est que braises

    Et les vagues coiffées

    D’un couchant couleur fraise

    S’entremêlent assoiffées

     

    Leur haleine un peu aigre

    Fait du gringue aux oiseaux

    Ces goélands allègres

    Tous aux culs des bateaux

     

    Le jour devient regret

    Et se désintéresse

    De ce soir un peu frais

    Qu’à la lune il délaisse

     

    J’entends le carillon

    Des gréements agacés

    Pleurant ce vermillon

    Par la nuit effacé

     

    Sur le port, les troquets

    De leurs pâles falots

    Maquillent le vieux quai

    Qui n’est plus que halo

     

    Mais Groix déjà sommeille

    Et le thon girouette*

    Sait déjà le soleil

    Parti aux oubliettes…

     

    * Le clocher de l'église du bourg de Groix n'a pas de coq en guise girouette mais un thon. Groix fut avant guerre le premier port français de pêche au thon.

     

     


    2 commentaires

  • S’émouvoir tôt matin

    Des drisses qui caquètent

    Sous le ciel de satin

    D’une aube qui s’entête

     

    Les mille bruits du port

    Les mouettes qui s’éveillent

    La lune qui s’endort

    Et délaisse sa veille

     

    Le clapot sans vigueur

    Qui titille la cale

    Sous l’œil un peu gouailleur

    D’un goéland royal

     

    Sans ligne le rivage

    Se soustrait au regard

    L’île semble sauvage

    Dans son discret brouillard…

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique