• Groix... Tout au bout du jusant...

    Groix... Tout au bout du jusant...

     

    Tout au bout du jusant,

    S’impatiente la nuit,

    Posées comme gisants

    Des barques s‘y ennuient.

     

    Des lueurs silencieuses

    Semblent allumer les mares

    Pareilles aux veilleuses

    D’un funèbre cafard.

     

    Échos monomaniaques

    Par la brise aspirés,

    Lors même le ressac,

    Paraît se retirer.

     

    Des ombres nonchalantes

    Frissonnent sur la plage,

    Chimères indolentes

    D’âmes un peu trop sages.

     

    Au cœur du firmament,

    La lune erre sans quête

    Lentement, prudemment,

    Infiniment secrète…

     

    ©  


  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Janvier à 14:59

    J'ai marché sur tes mots là où la lune erre au cœur du firmament

    J'ai joué à saute-rimes dans les mares aux lucioles

    J'ai lu relu et lu encore tant les images me parlaient

    Merci Philippe d'enchanter chacun de mes instants

     

    Amitié Poète

     

      • Jeudi 26 Janvier à 16:09

        Merci infiniment, tes commentaires me réconfortent...

    2
    Jeudi 26 Janvier à 15:23

     

     bonjour Philippe

    la mer a beau être parfois dangereuse ou traître, elle est aussi magique et envoutante...je m'imagine dans un monde sans elle, ce serait quand même très triste...j'aime ce que tu en retires en évoquant ce qu'on peut en oublier hors de sa présence!! un écho qui ne m'a pas laissé insensible...  c'est à chaque fois cher poète que je te lis avec  immense intérêt merci avec tpoute mon amitié monette

     

      • Jeudi 26 Janvier à 16:10

        Encore un commentaire élogieux, merci à toi de me lire si fidèlement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :