• Locmaria... Jour d'été...

    Groix... Jour d'été...

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

     

    Tout là-haut, le soleil,

    Quelques nuages blancs

    Qui, sans bruit, appareillent,

    Tranquilles et indolents. 

     

    Un ciel, ivre de bleu,

    Colore l'océan,

    L'horizon nébuleux 

    Les unit, tendrement.

     

    De mille feux scintille,

    Paresseuse, la mer,

    Une lente flottille, 

    La parcourt, éphémère.

     

    En bien curieux chalands

    Dont il semble qu'ils veillent,

    Mouettes et goélands 

    Sur la rive sommeillent.

     

    Une brise distraite

    Berce des boutons d'or.

    Ourlée d'algues discrètes 

    La plage nue se dore.

     

    Quêtant quelconque obole 

    La chapelle est ouverte,

    Le village somnole

    Le long des rues désertes.

     

    Les bistrots sont sans voix

    Il fait pourtant si chaud

    Juste le cri parfois,

    D'un insolent vanneau.

     

    Journée calme, impassible,

    Suspendue par instant.

    Je veux croire possible 

    Que s'arrête le temps...

    ©                         


  • Commentaires

    1
    Lundi 3 Septembre à 15:31

    La touffeur est palpable

    Une douce nonchalance

    Paralyse nos sens

    Laissant à l'improbable

    Souffle de brise en désir

    Un instant nous rafraïchir

     

    C'est ainsi que je ressent les mots par ta vois offerts

    Merci Poète

     

     

     

     

      • Lundi 3 Septembre à 15:43

        Alors le but est atteint, merci d'être passée par là...

    2
    Lundi 3 Septembre à 15:53

     bonjour Philippe

       magnifique ,  ce poème me  laisse rêveuse, Tu décris parfaitement ce sentiment de sérénité que l’on ressent en bord de mer Quelle magnifique moment, tendrement conté ,  Je reste à chaque fois surprise que tes mots retranscrivent  parfaitement ce que l’on peut ressentir.   merci Philippe avec toute mon amitié la plus sincère,, monette

     

      • Lundi 3 Septembre à 15:58

        Les paysages marins, en toute saison, me fascinent, me bercent, m'élèvent aussi je crois. Si je peux en plus les conter dans les modestes quatrains, alors je suis comblé. Merci!

    3
    Lundi 3 Septembre à 18:20

    "Ta voix" Sorry

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :