• Locmaria... Lendemain de gros temps...

    Locmaria... Lendemain de gros temps...

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

     

    Le ciel gris me regarde

    Par la fenêtre ouverte

    Et ses teintes blafardes

    Semblent le rendre inerte. 

     

    Il jette sur les toits

    Un voile sans éclat 

    Que des oiseaux narquois

    Souillent de-ci de-là. 

     

    Sous sa voûte de soie

    Qui peine à se lever,

    La mer, que j'aperçois, 

    Paraît s'y abreuver. 

     

    La ligne d'horizon

    Se noie dans les risées,

    Immobiles prisons

    D'un suroît épuisé. 

     

    Les oiseaux, par centaines, 

    Couvent de noirs rochers,

    Leur tissant des mitaines

    Déjà effilochées. 

     

    Ça sent le goémon, 

    La plage en est jonchée,

    Poudré d'un fin limon

    Qu'un ruisseau vient gâcher.

     

    Quelques jeux délaissés 

    Offrent leur infortune,

    Seul, un couple pressé 

    Remonte ici la dune.

     

    Navrant les estivants,

    La nuit fut agitée 

    D'un traître coup de vent

    Venu troubler l'été... 

    ©                         


  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Août à 09:16

    Ah la force des mots qui s'invitent  par la voix du poète

    Elle fait défiler des images des senteurs des sensations

    Alors même la plage après le gros temps a du charme

    Amitié Philippe

      • Mercredi 1er Août à 16:04

        Merci beaucoup, oui la plage a retrouvé son charme sauvage. Certains râlent reprochant à la municipalité de ne pas la nettoyer, laissons faire la nature. Elle ne s'en portera que mieux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :