• Ô ciel !

    Ô ciel !

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

    Ô ciel !

    Du fil, du fil encore,

    De la laine, de l’étoupe,

    Des pelotes incertaines

    Sur ton vieux sarrau bleu.

     

    Ô ciel !

    Tu ranges ton ouvrage

    Sur le trait d'horizon, 

    Là, où tu viens parfois

    Faire l'amour à la mer

    Aux lueurs d’une lampe

    Qui lascive se pâme,

    Teinte les flots de sang.

     

    Ô ciel!

    Mettras-tu dès ce soir

    Ta longue cape noire ?

    Ténébreuse, envoûtante, 

    Impénétrable dais

    Serti d'étoiles mortes 

    Avec un bouton pâle

    Qui sur mon carreau glisse.

     

    Les longs doigts décharnés

    De rochers alanguis

    Amignonnent l’estran,

    Improbable clavier

    Dont les soyeux échos

    Résonnent dans nos cœurs

    En troublante pavane.

     

    Le délicat flonflon 

    De maîtres volatiles

    S'est estompé déjà 

    Laissant dans l'invisible 

    Hululer les pleureuses.

     

    Ô ciel !

    Je ne vois point d’étoiles

    Je crois même sentir

    Sur ma peau étonnée

    Tes larmes incomprises

    Que ton profond chagrin

    Puisse abreuver qui sait ?

    La chatoyante aurore

    De notre renaissance…

     

    ©


  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Avril à 17:21

    Si les mots ciselés sur un ciel incertain enchante ma lecture il y manque pour le lire les yeux fermés le son de ta voix

    Merci Poète

      • Vendredi 17 Avril à 18:08

        Bonjour Jacqueline et merci d'être passée. Je ne comprends pas ton commentaire. Il y a bien un enregistrement audio sur le blog?

    2
    Vendredi 17 Avril à 18:15

    Là c'est parti ... Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :