• Quelques lunes enlacées...

    Quelques lunes enlacées...

     

    Quelques  lunes enlacées
    Autour du temps qui passe
    Et le souffle harassé
    De risées qui s'espacent.

    L'océan se bouscule
    Aux portes de mes rêves,
    Seuls, mes mots funambules,
    Sur leurs lignes s'élèvent.

    Froid hiver que l'ultime
    Qui semble deviner
    Qu'aux froufrous de l'intime,
    Tout espoir est damné.

    Telles vieilles pleureuses,
    S'ébranlent mes douleurs
    Et leurs trognes véreuses
    Aux troublantes pâleurs.

    L'illusion d'une voile
    Brosse un faux horizon,
    C'est un ciel sans étoiles
    Qui drape ma prison...

    ©                         

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Octobre à 17:52

      bonjour philippe ,

     tiens encore moi?? vas tu te !!je passe te lire et ressent tellement de tristesse dans tes mots , la lune pleure peut-être, mais nul astre même le soleil ne pourra ternir l'éclat de tes mots. avec  toue mon amitié monette
    .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :