• La lune est bien frileuse...

     

    La lune est bien frileuse

    En ces soirs de septembre

    Timide et nébuleuse

    Dans son écharpe d’ambre

     

    Les nuits ont oublié

    La dame de passage

    Qui glisse maquillée

    Dans ses voiles trop sages

     

    L’océan, lui, rechigne

    À offrir ses reflets

    Susceptible et indigne

    Dans son noroît fluet

     

    Qui pourrait s’étonner

    Que la belle en pâtisse

    Et puisse abandonner

    Un ciel sans artifice…

     

    ©

     


    2 commentaires
  • Comme une sérénade...

     

    Arrondir quelques lettres

    Pour un bien doux message

    Que tu liras peut-être

    Si je reste bien sage

     

    Un poème tout tendre

    Sucré comme liqueur

    Pour qui sait ? Te surprendre

    Et t’étourdir mon cœur

     

    Comme une sérénade

    Chantée au clair de lune

    De ces belles ballades

    Pour espérer fortune

     

    J’en oublie tous mes maux

    Renaît là ma jeunesse

    Juste pour quelques mots

    Goûter à tes caresses…

     

     

     

    ©


    2 commentaires
  •  

    Quand les brises du soir

    S’engroisillonnent d’or

    Des mouettes viennent boire

    A l’ombre du vieux fort

     

    Quelhuit s’ensommeille

    Révélant sa chapelle

    Les adieux du soleil

    La rendent irréelle

     

    La pointe de Pen Men

    Revêt sa cape ambrée

    Voluptueuse, amène

    La mer semble nacrée

     

    La nuit est économe

    Et s’approche sans hâte

    C’est Groix qui charme en somme

    Un Ponant écarlate…

     

    ©

     


    votre commentaire
  •  

    Ta douce mélopée 

    Magnifiée par la brise

    À peine syncopée

    M’emporte sous emprise

     

    Le chant presque irréel

    Habité par l’aurore

    Ô jouissance idéelle

    Juste éclaboussée d’or

     

    Lors, même la rivière

    Flânant dans ses méandres

    Pare la joaillière

    Des plus rares filandres

     

    Les oiseaux sont venus

    Très nombreux partager

    Cette grâce ténue

    Qu’ils en soient messagers…

     

    ©

     


    1 commentaire
  • La vieille valise...

    Je l’ai vue par hasard

    Cette vieille valise

    Y étaient bien rangés

    Tous mes mots endormis

     

    Et dans un petit sac

    Cousu pour l’occasion

    Je découvris aussi

    Multitude de lettres

     

    Sur une grande table

    Lors je les alignai

    Vinrent de nouveaux mots

    Un peu gauches et timides

     

    Heureux, je les rangeai

    Quand le soleil frappa

    Simplement pour me dire

    Qu’il allait se coucher

     

    Le lendemain matin

    Ma surprise fut grande

    Quand je les retrouvai

    Ils formaient un poème…

     

    ©

     


    1 commentaire