• Seul, le vent a osé...

    Seul, le vent a osé...

     

    Un baiser déposé 

    Juste au creux de mon âme 

    Seul, le vent a osé 

    Me déclarer sa flamme.

     

    Vil chemin tourmenté 

    Tout là-bas me conduit,

    Douloureux, éreinté,

    Aux marches de la nuit.

     

    À l'aube du naufrage,

    Bruisse ma nostalgie,

    Mais son fourbe mirage

    Est ici sans magie.

     

    J'entends, je crois, pourtant, 

    Le discret babillage 

    De la mer au printemps

    Et d'un tendre feuillage.

     

    Une ultime caresse

    Sur mon corps affaibli 

    Lui, qui déjà se presse

    Aux portes de l'oubli... 

     

    ©                         

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Janvier à 17:54

     bonsoir philippe ,

     quel beau poème, j'en ai aimé le rythme et la douceur. Il y a tant d'amour à donner et recevoir dans ce texte
    et bien moi je dis ose  !!
    tes mots résonnent comme des caresses. Il y a aussi une grande douceur qui transparaît dans tes mots merci philippe pour ce généreux partage monette

      • Jeudi 18 Janvier à 18:02

        Texte pourtant bien nostalgique écrit sur le chemin qui ne mène à nulle part.

         

        Merci d'être passée par là.

    2
    Françoise Matthey
    Jeudi 18 Janvier à 22:28

    Tellement triste. Tes mots me font pleurer...

      • Vendredi 26 Janvier à 04:20

        Il ne faut pas Françoise... Des mots pour exorcisme. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :