• Petites pierres blanches...

     

    Petites pierres blanches
    Sur la sente invisible
    De mes lointains dimanches,
    Je rêve d'indicible.

    Leurs fragrances apaisantes
    Faites de fleurs mêlées,
    Leurs brises bienfaisantes
    Aujourd'hui envolées.

    Au delà de l'ennui,
    Vous fûtes  mon printemps
    Vous éclairez  ma nuit
    Tels feux d'un autre temps.

    Jusqu'au bout de mon mal,
    Souvenirs fantasmés
    Soyez lors mes étoiles
    Sur ma couche, allumées.

    Ô flocons immobiles
    Baignez de votre neige
    Ce silence tranquille
    Qui sied aux sortilèges...

    ©                         


    2 commentaires
  • Le temps...

     

    Vous êtes bien pressées
    Mesdames les années,
    Une à une passez
    Puis, aussitôt fanez.

    Et vous, messieurs les jours,
    De plus en plus rapides
    Qui errez sans amour
    Exsangues et insipides.

    Mais que devrais-je dire
    De vous, maudites  heures,
    Venues là  pour ourdir
    D'imparables malheurs ?

    Ô fates demoiselles,
    Vous menez lors, constantes,
    L'étrange carrousel
    Des minutes pédantes.

    Barbouillées de vétilles
    Vos fugaces secondes
    Ouvrent, fausses gentilles,
    Leur plus funeste ronde…

    ©                         


    6 commentaires
  • Laissez venir à moi les petits enfants...

    Quand chaque mois ma sœur,
    D'un œuf vous avortez,
    Que dit votre Seigneur
    De ce germe mort né?

    Et quand la nuit, cher frère,
    Vous polluez vos draps
    En croyant vous distraire.
    Que de vies vous tuez là ?

    Ainsi, curés pépères,
    Qui oyez le pêcheur,
    Vous vous croyez experts,
    Vous n'êtes qu'empêcheurs.

    Je vous trouve bien prestes,
    Vous, les tristes bigots,
    À juger, immodestes,
    Nos chaos conjugaux.

    Mais, dans le même temps,
    Magnanimes, accueillez
    Vos fourbes pénitents
    D'innocences souillées.

    Vous semblez donc penser
    Que l'odieux pédophile,
    Dans ses airs compassés
    Honore l'évangile…

     

     

    Ce texte est ancien. C'est un petit pamphlet, malheureusement toujours d'actualité. J’y ai repensé en regardant l’émission « Cash Investigations » de mardi dernier. Je vous le livre aujourd’hui.

    Comment la hiérarchie catholique a couvert et continue à couvrir les crimes de certains de ses prêtres… Y compris en les déplaçant à travers le monde entier (souvent des pays développés vers l’Afrique). Après tout, comme on dit : « Changement d’herbage réjouit les veaux ! »

     

    Quelle est cette église qui exclut les divorcés de la communion mais pardonne à ses prêtres auteurs des crimes les plus abjects sur des enfants qui leur sont confiés ?

     

    Une application sans doute littérale du commandement célèbre prêté au Christ : « Laissez venir à moi les petits enfants… » Évangile selon St Matthieu.

     

    ©


    3 commentaires
  • J'ai courtisé la lune...

     

    J'ai courtisé la lune
    Qui s'en est bien moquée
    Lors, dans mon infortune,
    L’ai un peu provoquée.

    "Pauvre baballe rousse
    Tu viens là me narguer
    Avec ta p’tite frimousse
    Que l’on croirait taguée.

     

    Où vas-tu donc ainsi
    Voilée de blanches brumes ?

    N’aurais-tu pas grossi
    Dans ton ocre costume ?"

     

    Insolente, orgueilleuse,
    Dans le soir envoûtant,
    Elle est passée crâneuse
    Sur son ciel de printemps.

     

    Moi, tout petit humain,

    J’ai fermé ma fenêtre,
    Me suis dit que demain,
    Elle viendra peut-être…

    ©                         

     


    2 commentaires
  • J'ai vu ce jour honni...

     

    J'ai vu ce jour honni
    Courir à perdre bise
    Et entrouvrir cruel
    La rive des remords.

    J'ai cueilli les flonflons
    Du manège éthéré
    Qui cabre  ses chevaux
    Sur des houles cyniques.

    J'ai entendu toquer
    Des cœurs  en escalade
    À l'huis de ces regrets
    Qui découvrent au reflux.

    J'ai même traversé
    Ces pluies au charme pâle
    Qui brouillent les regards
    Des matins  de tristesse.

    Mais il était trop tard
    Et ces larmes ultimes
    N'ont pas su raviver
    Les braises d'un possible...

    ©


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires