• Accueil

    Bonjour,

        

       

        Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog "Houles Intimes". Vous y découvrirez poèmes et illustrations qui sont un peu mes états d'âme d'un instant  ou de toujours. Cohabitent ici des textes très personnels et aussi bien sûr, ceux qui me sont inspirés par ce petit paradis que j'habite et qui est l'île de Groix.

    Un recueil publié en juin lui est d'ailleurs consacré. Il rassemble, sur 120 pages : poèmes et photos décrivant l'île au travers de ces belles quatre saisons...

    Quatre Saisons en l'île de Groix

     

        J'ai commencé à publier en avril 2007 sur un blog qui était alors hébergé chez "Overblog". Ce blog existe toujours.

    Houles Intimes premier blog

        Je l'ai quitté pour fuir la publicité que cet hébergeur m'a un jour imposé et que je n'acceptais pas. Je suis bien naïf, le nouvel hébergeur s'y est aussi soumis au bout d'une année. Elle y est moins envahissante pour le moment. 

        Merci de votre visite...

     

    Accueil

     

  • Groix... À mes pieds, l'océan...

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

     

     

    Il ne pleut pas encore

    Mais le vent s'est levé 

    Et le ciel, cousu d'or,

    Prête alors à rêver. 

     

    À mes pieds, l'océan,

    Irascible, agité,

    Dans son gouffre béant 

    Semble s'impatienter.

     

    Accourent du ponant

    De hautes vagues sombres

    Leur chahut dissonant.  

    Se vêt de feux et d'ombres. 

     

    Loin des premiers écueils 

    Qu'il rabroue furibond,

    L'horizon prend le deuil

    D'un été moribond. 

     

    De longues flèches noires

    Annoncent une risée,

    Qu'un étrange affinoir

    Tente en vain d'aiguiser.

     

    Tel un tout premier grain,

    Ignorant roche et glaise,

    L'écume et les embruns

    Remontent la falaise.

     

    Des goélands pressés 

    Raillent au ras de l'eau

    Comme pour effacer

    Le tumulte des flots... 

     

    ©                         

     


    6 commentaires
  • Juste là, quelques vers...

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

     

    En souvenir de Ben...

    Juste là, quelques vers,

    Alignés sur ma feuille,

    Composition sévère,

    De mots vêtus de deuil. 

     

    Sous le ciel qui s'ennuie,

    Ils vont, tristes, en cortège, 

    Sans un chant, sans un bruit,

    Sur leur plaine de neige. 

     

    Se suivent hésitants 

    Par petits groupes sombres

    Et me content le temps

    Qui s’enfuit telle une ombre.

     

    Dans leurs costumes noirs,

    Se tiennent, détachés,

    Derrière un corbillard,

    Par la brume, caché.

     

    En ce jour presque éteint,

    Ils sont là, affligés,

    Et, dans leur frais  matin,

    Restent à jamais figés.

     

    Ils me parlent de toi,

    Mon chien, mon pauvre Ben,

    Ils disent mon émoi 

    Et traduisent ma peine. 

     

    Toutes ces pages blanches

    Que tu me vis remplir,

    En ce morne dimanche,

    Celle-là, tu m'inspires.

     

    Ce poème est à toi,

    Par-delà les saisons

    Veille sur notre toit,

    Garde encor’ la maison*…

    ©

     

    * "Tu vas garder la maison" : expression que nous utilisions quand nous devions quitter un moment le domicile. Rassuré, il pouvait alors déambuler tranquillement dans toute la maison.

                             


    4 commentaires
  • Groix... Jour d'été...

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

     

    Tout là-haut, le soleil,

    Quelques nuages blancs

    Qui, sans bruit, appareillent,

    Tranquilles et indolents. 

     

    Un ciel, ivre de bleu,

    Colore l'océan,

    L'horizon nébuleux 

    Les unit, tendrement.

     

    De mille feux scintille,

    Paresseuse, la mer,

    Une lente flottille, 

    La parcourt, éphémère.

     

    En bien curieux chalands

    Dont il semble qu'ils veillent,

    Mouettes et goélands 

    Sur la rive sommeillent.

     

    Une brise distraite

    Berce des boutons d'or.

    Ourlée d'algues discrètes 

    La plage nue se dore.

     

    Quêtant quelconque obole 

    La chapelle est ouverte,

    Le village somnole

    Le long des rues désertes.

     

    Les bistrots sont sans voix

    Il fait pourtant si chaud

    Juste le cri parfois,

    D'un insolent vanneau.

     

    Journée calme, impassible,

    Suspendue par instant.

    Je veux croire possible 

    Que s'arrête le temps...

    ©                         


    5 commentaires
  • Groix... Les nuages...

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

     

    Estivale la pluie

    Tombe de lourds nuages

    Qui, sur la mer s'enfuient,

    Empesés et trop sages. 

     

    Ils tapissent le ciel

    De formes improbables, 

    Légères, immatérielles

    Et toujours impalpables. 

     

    Paisibles, ils crapahutent,

    Mais pour eux, nul abri,

    Ils se pressent sans but,

    Vêtus de manteaux gris.

     

    Poussés par de forts vents,

    Sur l'océan stoïque,

    Vous les voyez souvent

    Jeter des lignes obliques.

     

    Des ancres invisibles 

    Comme pour s'y fixer

    Une escale impossible

    Sur l'étendue froissée. 

     

    Ils créent infiniment

    Sur la voûte céleste 

    Des tableaux nonchalants 

    Majestueux ou modestes...

     

    ©        


    4 commentaires
  • Nuit sur l'île de Groix...

    Si le lecteur bleu apparaît ci-dessus, vous pourrez écouter le texte en audio

     

    Au théâtre des ombres,

    Étrangement fardée,

    Glisse sur un ciel sombre,

    La lune intimidée. 

     

    La nuit enveloppante 

    N'est que chuchotements 

    Discrète confidente

    De fébriles amants. 

     

    La mer est un murmure 

    Et le vent, indolent, 

    Bruisse dans les ramures

    De grands pins somnolents. 

     

    Sur sa branche douillette,

    Improbable patère,

    Même la vieille chouette

    A préféré se taire.

     

    Rompant l'imaginaire,

    Ses douze coups sonnés, 

    L'horloge centenaire

    Se rendort étonnée.

     

    Et l'ambiance ouatée

    Recouvre ses quartiers

    Seul, l’estran déserté,

    Chatoie d'éclats brouillés.

     

    Comme surgi de l'onde,

    Renaît le sortilège 

    D'un temps qui vagabonde,

    Toupille telle neige.

     

    Lors, il me semble entendre

    Une plainte lointaine

    À la fois triste et tendre

    Peut-être une sirène?...

    ©                         


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique