• J'ai offert à la lune...

     

    J’ai offert à la lune

    Une écharpe de brume

    Le ciel était si noir

    Il y faisait si froid

     

    Son long chemin de nuit

    Disparut englouti

    Dans le sombre velours

    Qui rangeait ses étoiles

     

    Soufflée par un noroît

    Juste sorti du lit

    La pluie s’est annoncée

    Dans ses brusques chagrins

     

    Quelques hiboux placides

    Lui firent un peu la cour

    Sérénades en échos

    Sur la terre indolente

     

    Puis le jour arriva

    De lune plus de trace

    J’entendis des sanglots

    L’océan la pleurait…

     

    ©

     

     

     

    ©


    votre commentaire
  • Et puis me voilà nu...

     

    Délires et frayeurs,

    Ô chagrins réveillés

    Débarqués d’un ailleurs

    Aux remords dévoyés

     

    Fâcheuse renaissance,

    Au crépuscule honni,

    Quand un à un mes sens

    Se piquent d’atonie

     

    Les tempêtes perdues

    S’échouent là, sur mon âme,

    Se goinfrant éperdues

    De trop funestes drames

     

    Sur le sable abreuvé

    Quelques épaves expirent

    Par mes larmes gavées

    Se laissent là croupir

     

    Et puis, me voilà nu

    Peut-être sans mémoire

    Devant cette Inconnue

    Que j’ai peur, il fait noir…

     

    ©


    1 commentaire
  • La dame et le monsieur...

     

    Où est la dame en bleu ?

    Était-ce une bergère ?

    J’ai compté ses moutons

    Puis me suis endormi

     

    Et ce monsieur en noir

    Était-ce un magicien ?

    J’ai aimé ses étoiles

    J’ai même fait un vœu

     

    C’est le jour et la nuit

    Qui toujours m’accompagnent

    Et la terre et la mer

    Me content leurs légendes

     

    Mais aujourd’hui par contre

    La dame et le monsieur

    Ne sont pas revenus

    Je n’ai vu qu’un chat gris

     

    J’ai contemplé le ciel

    Il m’a semblé chagrin

    A caressé les arbres

    Puis s’est mis à pleurer…

     

    ©


    1 commentaire
  • Autant de charmes ombrés...

     

    Autant de charmes ombrés

    Que je vois me sourire

    Sur le passé des pierres

    Qu’une rivière efface

     

    La fraîcheur d’un printemps

    Leur donne cette vie

    À moins que ce ne soit

    Les remords de l’automne

     

    Leurs silhouettes sombres

    Se sont assises là

    Tout au bord de mon âme

    Pour en cueillir l’espoir

     

    Leurs fragrances discrètes

    Ont revêtu je crois

    Les effets surannés

    De nostalgies chagrines

     

    Il est juste un secret

    Que le ciel me refuse

    Lui, qui dans vos églises

    Égara mon enfance…

     

    ©


    1 commentaire
  • Sur la portée des songes...

     

    Tu écriras le vent

    Sur son voile d’azur

    Là où pleurent les lunes

    Voyageuses du temps

     

    Tu poseras des fleurs

    Sur la portée des songes

    Qui nous joueront peut-être

    La fugue de nos âmes

     

    Tu peindras les nuages

    Enchâssés dans le drap

    De satin sombre et or

    Des étreintes nuptiales

     

    Tu diras aux oiseaux

    Combien leurs confidences

    Allègres et joyeuses

    Peuvent enivrer nos cœurs

     

    Tu cueilleras les perles

    De matins muets et froids

    Quand naissent les plaisirs

    Aux douceurs de l’Éden …

     

    ©


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique