• Groix... La mer, là-bas...

     

    C’est un refrain, un chant marin

    Qui fit danser tous mes vieux rêves

    Plus tard, la nuit se dévêtit

    Quand l’aube vint, elle était nue

     

    J’en admirai ses funambules

    Se balancer sur de l’écume

    Juste la lune au bout des yeux

    Et puis l’aurore pour les guider

     

    Là-bas la mer faisait son show

    Des seaux de pluie pour la calmer

    Un vent inquiet pour la baiser

    Mais rien n’y fit, elle s’en alla

     

    Resta l’estran, ses barques tristes

    Des goélands comme enivrés

    Un fin crachin pour les pleurer

    Le jour enfin s’y invita…

     

    ©


    2 commentaires
  • Groix... Il s'épuise d'ennui...

     

    Il s’épuise d’ennui

    Ce ciel sans horizon

    Qui espère en la nuit

    Pour quitter sa prison

     

    C’est un ciel barbouillé

    Qui étouffe ses pleurs

    Un infini brouillé

    De brises sans chaleur

     

    Oui, c’est un ciel trop las

    Qui ne peut s’exprimer

    Sur l’onde sans éclat

    Des aurores embrumées

     

    Des voiliers somnolents

    Glissent comme aspirés

    Par le voile accablant

    De bruines enivrées

     

    Il imprègne le port

    Où l’air et l’eau se mêlent

    Myriade de spores

    Suspendues, perpétuelles…

     

     

    ©


    1 commentaire
  • Groix... La nuit est vnue me saluer...

     

    Poches chargées d'un doux parfum de bois humide
    La nuit est venue me saluer.


    " Me voici arrivée, je vais pouvoir me reposer. " Me dit-elle.
    Puis elle a ajouté : " Tout le jour, sur des chevaux d'écume,
    J'ai couru l'océan".

    Je lui ai dit : " Pourquoi si folle chevauchée?"
    Et elle m'a simplement répondu :

     

    " Pour recouvrir ton île, crépuscule passé, afin qu'elle ne prenne froid…" 

    C'est vrai que l'air avait fraîchi...


    Déjà, le phare des chats caressait le ciel, de son feu rutilant.

    À l’autre bout de l’île, le veilleur de Pen Men ne lui fut pas en reste…

     

    " Tu vois ? " A-t-elle enfin conclu : " Tous les phares du monde associent leurs éclats pour réchauffer encore et encore ma cape sertie d’étoiles. "

    Tout là-bas, tutoyant l'horizon, rassuré, un navire passa...

     

     

    ©


    2 commentaires
  • Groix... La harpe du vieux Thor...

     

    La harpe du vieux Thor

    Découpe tristement

    Le couchant privé d’or

    D’un brumeux firmament

     

    Le courroux de ce dieu

    Semble figer le temps

    Qui fut pourtant radieux

    Bien après le printemps

     

    L’océan se languit

    Les vents ne viendront plus

    Crépuscule alangui

    Où Éole est reclus

     

    Il se dit en ce soir

    Que la nuit n’ose pas

    Prendre ses habits noirs

    En crainte d’un trépas…

     

     

    ©

     

     


    4 commentaires
  • Groix... Pour ne sais quelle fête...

     

    Pour ne sais quelle fête

    Là haut, le soleil brille

    Grande boule à facettes

    De tous ses feux scintille

     

    Lors infini le sable

    Exhibe ses délices

    Les éclats immuables

    D’un mica si complice

     

    La mer n’est pas en reste

    Pour offrir à nos yeux

    Sous les tentures d’ouest

    Ses plus beaux camaïeux

     

    Voluptés édéniques

    Simplement exprimées

    Là, naît l'émoi unique

    Des plaisirs sublimés…

     

     

    ©


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique