• Groix... Le baiser d’une brise...

     

    Le baiser d’une brise,

    Tout en délicatesse,

    Amoureusement, frise

    La mer de ses caresses.

     

    Le soleil débonnaire

    Veille ses blancs nuages.

    Leur cortège ordinaire

    Déambule bien sage.

     

    Même les goélands

    Honorent le silence,

    Rêveurs et nonchalants,

    Planent avec indolence.

     

    Colorées, quelques voiles

    Fleurissent l’horizon,

    Éclosion boréale

    De pâles frondaisons.

     

    Et sous l’azur vibrant,

    Groix, bientôt endormie,

    Délaisse son estran

    Aux barques alanguies…

     

     

    ©                         


    4 commentaires
  • Locmaria... Et le temps d’un été...

     

    C’est un léger ressac

    Que celui qui me berce

    Vaguelettes qui claquent

    Et plus loin, une averse.

     

    Une harpe céleste

    Dont j’aperçois les cordes

    Où, simple risée d’Ouest

    Qu’un orage m’accorde.

     

    Sur la petite baie,

    L’océan barbouillé

    Pousse son courant muet

    Sous les barques mouillées.

     

    Une brise en balade

    Nonchalante et distraite

                     Emmène la parade                    

    De trois joyeuses mouettes.

     

    Et le temps d’un été,

    Locmaria se réveille,

    Ses maisons apprêtées

    Une à une s’éveillent….

     

    ©                         


    2 commentaires
  • Locmaria... Le vieux lavoir...

     

    L’océan broie du noir

    Et la terre est chagrine,

    Dans ses habits du soir,

    Le ciel en crinoline.

     

    L’île est presque figée,

    Si ce n’est au lointain,

    Une cloche affligée

    Qui salue un destin.

     

    Un long glas qui appelle

    Cette humide apathie.

    Tout contre sa chapelle,

    Locmaria s’est blottie.

     

    Les ruelles sont vides

    Et les maisons s’éteignent,

    Leurs façades livides

    Sous des volets qui saignent.

     

    En ultime prière,

    Raide dans sa douleur

    Le vieux lavoir de pierre

    Comme abandonné, pleure…

     

    ©                         

     

     

     


    votre commentaire
  • Groix... C'est le jour qui s'éveille...

     

    C’est le jour qui s’éveille,

    Ses effets d’aquarelle

    Réchauffés au soleil

    D’un songe intemporel.

     

    L’évanescence folle

    De nuages apeurés

    Qui, doucement s’étiolent,

    Sur l’azur effleuré.

     

    L’océan, lui, scintille

    Dans sa robe céleste,

    L’on dirait qu’il fourmille

    De feux venus de l’est.

     

    Les balises du port,

    Bien étranges pinceaux

    De cette chaude aurore,

    Ont rangé leurs faisceaux.

     

    Belle toile exposée

    En ce déclin de nuit,

    Finement arrosée

    De brumes qui s’ennuient.

     

    Juste le cri d’une aile

    Souligné d’un zéphyr,

    Une note idéelle

    Dans un ciel bleu porphyre.

     

    Le silence caresse

    Quelques chants volatiles,

    Long moment de tendresse

    Que l’on croirait tactile…

     

    ©                         

     


    5 commentaires
  • Groix... La brise me regarde...

     

    Dans le silence inquiet

    De ma sombre mansarde

    Derrière les volets,

    La brise me regarde.

     

    Et l’haleine d’Éole

    Dépose sur le bois

    De fines auréoles

    Que le ciel entrevoit.

     

    Le soleil émietté

    Crache ses perles fines,

    Une journée d’été

    Barbouillée par la bruine.

     

    De grands arbres en sanglots

    Tremblent dans la pénombre

    Un étrange tableau

    Où disparaît toute ombre.

     

    Je n’entends pas de cris

    Remonter de la plage

    Le bonheur est proscrit

    Ou alors, en voyage…

     

    ©                         

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique