• Groix... Il a neigé tantôt...

     

    Il a neigé tantôt

    Sur tes pâles paupières

    Un très joli manteau

    Pour tes fines bruyères

     

    Un voile de mariée

    Sur tes landes offertes

    Au maître couturier

    En livrée presque verte

     

    Te voilà sous le charme

    D’un jabot de dentelle

    Des mille et une larmes

    D’un amant irréel

     

    Ce n’est que l’océan

    Qui te fait noble cour

    Et son flux fainéant

    Qui te conte l’amour…

     

    ©


    1 commentaire
  • Locmaria... Par-delà la fenêtre...

     

    Par delà la fenêtre

    Juste le ciel bougon

    Horizon de chagrins

    Qu’essuient des vitres sales

     

    L’océan qui s’ennuie

    Se mouche sur le sable

    Le village est transi

    Sous ses vieux draps d’ardoise

     

    Il adresse à l’hiver

    Son haleine boisée

    S’il est soulé de vent

    Il ne titube pas

     

    Ses maisons grises boudent

    Leurs yeux de bois fermés

    Les implorant sans doute

    La rue du port sanglote

     

    C’est un jour qui somnole

    Le matin et le soir

    Fuyants et ombrageux

    Se prennent par la main

     

    Déambulent distraits

    Vers les atours funèbres

    D’une trop longue nuit

    Seront-ils là demain ?

    ©


    votre commentaire
  • Groix... Ce sera le noroît...

     

    Les teintes d’acajou

    S’esquisseront au soir

    Parant tel un bijou

    L’hélianthe en ostensoir

     

    Le discret friselis

    D’une mer nonchalante

    Fera de l’onde un lit

    Aux soies d’or ondulantes

     

    Quand la nuit constellée

    Déploiera ses atours

    Que la lune esseulée

    Entamera son tour

     

    Ce sera le noroît

    Qui portera le glas

    D’une âme sans effroi

    Regagnant l’au-delà…

    ©


    1 commentaire
  • Groix... Avec toi je m'y glisse...

     

    Quand claquent les ajoncs

    Le soleil au zénith

    Tu te loves fleurie

    Est-ce pour me séduire ?

     

    Agitant tes dentelles

    Tu danses devant moi

    Malicieuse et enjouée

    Est-ce pour m’entraîner ?

     

    Enivrée de parfums

    Tu te couvres de voiles

    Que je crois cousus d’or

    Est-ce pour m’honorer ?

     

    Je guette ton clin d’œil

    Au-delà du mystère

    Tu n’es que sortilèges

    Est-ce pour m’envoûter?

     

    La nuit frappe déjà

    Avec toi je m’y glisse

    Qu’il est bon dans tes bras

    De s’endormir ainsi…

     

     

                                          Ô Groix ma confidente…

     

     

    ©


    3 commentaires
  • Groix... C’est un soir désœuvré...

     

    C’est un soir désœuvré

    Presque muet et grisâtre

    Il s’habille de nuit

    Dans le ciel effacé

     

    Hébété je contemple

    Ce grand disque d’eau noire

    Mille pointes de pluie

    M’y soupirent une fugue

     

    L’île est en noir et blanc

    Ses mâchoires de pierres

    Paraissent s’abreuver

    Au dernier flux du jour

     

    Lors les brumes s’invitent

    S’y lèvent les angoisses

    Le vent depuis longtemps

    Est parti jouer ailleurs

     

    Pourtant je n’ai pas froid

    Quand j’écris sur le sable

    Ma confidence ultime

    Que des vagues liront

     

    Porteront je l’espère

    Ma mystique missive

    Aux âmes éplorées

    De ne pouvoir me dire…

     

     

    ©

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique